Thme 1 Le rapport des socits leur pass

  • Slides: 56
Download presentation
Thème 1 – Le rapport des sociétés à leur passé Chapitre 1 - L’historien

Thème 1 – Le rapport des sociétés à leur passé Chapitre 1 - L’historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale Introduction

Réfléchir au sens des mots L’histoire et son objet dans une société dont les

Réfléchir au sens des mots L’histoire et son objet dans une société dont les historiens sont partie prenante Terminale Belin page 79

 • Trois notions clés à retenir • Approche très ≠ des historiens, des

• Trois notions clés à retenir • Approche très ≠ des historiens, des politiques et des groupes mémoriels Page 54

Page 53 En 1944, la France est rapidement libérée de l’occupation allemande. Pour le

Page 53 En 1944, la France est rapidement libérée de l’occupation allemande. Pour le nouveau gouvernement, le temps est à l’unité , oublier la honte de la défaite, de l’occupation et de la collaboration. Cependant, à partir des années 1970, la mémoire de Vichy refait surface et la population doit faire face à son passé. A partir des années 1990, le temps est à la reconnaissance officielle

Dans quel contexte les mémoires de cette guerre ont-elles pu émerger et comment les

Dans quel contexte les mémoires de cette guerre ont-elles pu émerger et comment les historiens les ont-ils prises en compte ? I- Une mémoire patriotique de 1945 aux années 1970 II- Les mémoires et l’histoire à partir des années 1970 III- Des mémoires diversifiées à partir des années 1990

I. Une mémoire patriotique de 1945 aux années 1970 A- Une priorité : l’unité

I. Une mémoire patriotique de 1945 aux années 1970 A- Une priorité : l’unité nationale Le général de Gaulle est accueilli par le général Leclerc à la gare Montparnasse, le 25 août 1944

Scène d’épuration sauvage en 1944 Pages 58 -59

Scène d’épuration sauvage en 1944 Pages 58 -59

Groupe de femmes tondues photographiées devant l’entrée principale du Palais de Justice de Bergerac,

Groupe de femmes tondues photographiées devant l’entrée principale du Palais de Justice de Bergerac, septembre 1944

L’épuration légale relaie et canalise l’épuration sauvage 23 juillet 1945: ouverture du procès de

L’épuration légale relaie et canalise l’épuration sauvage 23 juillet 1945: ouverture du procès de P. Pétain qui se clôturera le 15 août par une condamnation à mort, peine commuée par le général de Gaulle en réclusion à perpétuité. Pétain meurt en 1951 dans sa prison de l’île d’Yeu.

4 octobre 1945: Début du procès de Pierre Laval devant la Haute Cour de

4 octobre 1945: Début du procès de Pierre Laval devant la Haute Cour de justice. Au terme de la procédure, il sera exécuté le 15 après une tentative de suicide ratée.

Doc. 3 p. 87 Belin

Doc. 3 p. 87 Belin

Pages 58 -59

Pages 58 -59

Page 59

Page 59

I- Une mémoire patriotique de 1945 aux années 1970 A- Une priorité : l’unité

I- Une mémoire patriotique de 1945 aux années 1970 A- Une priorité : l’unité nationale B- L’affirmation du mythe résistancialiste

Image qui s’impose: France majoritairement et précocement résistante, unie et héroïque Véhiculée par 2

Image qui s’impose: France majoritairement et précocement résistante, unie et héroïque Véhiculée par 2 formations: - Gaullistes - Parti Communiste qui se présente comme le parti des 75 000 fusillés (moins de 10 000 en tout pour toute la Résistance). Mémoires antagonistes Mémoire officielle Doc. 3 page 59 Mémoire collective Affiche du Parti Communiste pour les élections d’octobre 1945

Doc. 1 p. 80 Belin Mémorial du Mont Valérien

Doc. 1 p. 80 Belin Mémorial du Mont Valérien

1956 : Nuit et brouillard d’A. Resnais 1° grand documentaire sur le système concentrationnaire

1956 : Nuit et brouillard d’A. Resnais 1° grand documentaire sur le système concentrationnaire nazi Réalisé à partir d’images tournées en 1955 en couleurs, à Auschwitz ou celles tirées des archives nazies et celles des cinéastes des armées alliées qui ont ouvert et « nettoyé » les camps en 1945.

Belin p. 87 Cérémonie du transfert des cendres de Jean Moulin, 1 er président

Belin p. 87 Cérémonie du transfert des cendres de Jean Moulin, 1 er président du Conseil National de la Résistance, au Panthéon, le 19 décembre 1964. p. 59

- Concours national de la Résistance et de la Déportation (1964) - Films: 1966

- Concours national de la Résistance et de la Déportation (1964) - Films: 1966

I- Une mémoire patriotique de 1945 aux années 1970 A- Une priorité : l’unité

I- Une mémoire patriotique de 1945 aux années 1970 A- Une priorité : l’unité nationale B- L’affirmation du mythe résistancialiste C- « L’oubli » des autres mémoires

Page 56

Page 56

Doc. 2 p. 90 Belin

Doc. 2 p. 90 Belin

Doc. 3 page 91 Belin

Doc. 3 page 91 Belin

Doc. 6 p. 91 Belin

Doc. 6 p. 91 Belin

I- Une mémoire patriotique de 1945 aux années 1970 A- Une priorité : l’unité

I- Une mémoire patriotique de 1945 aux années 1970 A- Une priorité : l’unité nationale B- L’affirmation du mythe résistancialiste C- « L’oubli » des autres mémoires II- Les mémoires et l’histoire à partir des années 1970 A- Un autre regard sur la France durant la guerre

Page 62 Le Chagrin et la Pitié, 1971 (film de Marcel Ophüls)

Page 62 Le Chagrin et la Pitié, 1971 (film de Marcel Ophüls)

Page 62 Achevé en 1969; diffusé en France en 1971 Diffusion restreinte d’abord 700

Page 62 Achevé en 1969; diffusé en France en 1971 Diffusion restreinte d’abord 700 000 entrées de 1971 à 1978 (succès) Interdit à la télévision jusqu’en 1981

Page 63

Page 63

Page 63

Page 63

Page 63

Page 63

Page 60

Page 60

I- Une mémoire patriotique de 1945 aux années 1970 A- Une priorité : l’unité

I- Une mémoire patriotique de 1945 aux années 1970 A- Une priorité : l’unité nationale B- L’affirmation du mythe résistancialiste C- « L’oubli » des autres mémoires II- Les mémoires et l’histoire à partir des années 1970 A- Un autre regard sur la France durant la guerre B- Le réveil de la mémoire juive

Page 65

Page 65

Doc. 3 p. 91 Belin p. 90 Belin Fils et filles déportés juifs de

Doc. 3 p. 91 Belin p. 90 Belin Fils et filles déportés juifs de France (1979)

I- Une mémoire patriotique de 1945 aux années 1970 A- Une priorité : l’unité

I- Une mémoire patriotique de 1945 aux années 1970 A- Une priorité : l’unité nationale B- L’affirmation du mythe résistancialiste C- « L’oubli » des autres mémoires II- Les mémoires et l’histoire à partir des années 1970 A- Un autre regard sur la France durant la guerre B- Le réveil de la mémoire juive C- Les procès des années 1980 -90

Page 55

Page 55

Page 60 Klaus Barbie : chef de la Gestapo à Lyon, « le boucher

Page 60 Klaus Barbie : chef de la Gestapo à Lyon, « le boucher de Lyon » . Retrouvé en Bolivie, il est extradé vers la France en 1983, jugé et condamné à la prison à vie. Il meurt en 1991 en prison à 83 ans.

Chef de la Milice à Lyon. Condamné à mort par contumace en 1946. Caché

Chef de la Milice à Lyon. Condamné à mort par contumace en 1946. Caché puis évadé après son arrestation en 1947. 1967: prescription. Il obtient la grâce du président Pompidou en 1971. Scandale en 1972 lorsque la grâce est connue. A nouveau poursuivi pour crimes contre l’humanité. Arrêté difficilement en 1989, il bénéficie d’abord d’un non-lieu en 1992 Condamné en 1994 à la prison à perpétuité Meurt en prison en 1996 (81 ans)

Secrétaire général à la préfecture de Gironde Participa à l’organisation de convois de juifs

Secrétaire général à la préfecture de Gironde Participa à l’organisation de convois de juifs vers Drancy Rôle dans la Résistance en 1944 donc pas inquiété. (Préfet de police de Paris de 1958 à 1967, Ministre du Budget de R. Barre en 1978) Dossier Belin p. 98 -99

Secrétaire général à la préfecture de Gironde Participa à l’organisation de convois de juifs

Secrétaire général à la préfecture de Gironde Participa à l’organisation de convois de juifs vers Drancy Rôle dans la Résistance en 1944 donc pas inquiété. (Préfet de police de Paris de 1958 à 1967, Ministre du Budget de R. Barre en 1978) Condamné en 1998 à la prison à perpétuité mais libéré pour raisons de santé en 2002. Il meurt en 2007.

I- Une mémoire patriotique de 1945 aux années 1970 A- Une priorité : l’unité

I- Une mémoire patriotique de 1945 aux années 1970 A- Une priorité : l’unité nationale B- L’affirmation du mythe résistancialiste C- « L’oubli » des autres mémoires II- Les mémoires et l’histoire à partir des années 1970 A- Un autre regard sur la France durant la guerre B- Le réveil de la mémoire juive C- Le rôle des procès des années 1980 -90 III- Des mémoires diversifiées à partir des années 1990 A- Le temps de la reconnaissance officielle

Page 75 1992: F. Mitterrand: 1° chef d’Etat à assister à la commémoration de

Page 75 1992: F. Mitterrand: 1° chef d’Etat à assister à la commémoration de la rafle du Vel’d’Hiv (1942 : 13 000 juifs d’origine étrangère arrêtés) Mais F. Mitterrand refuse de reconnaître la responsabilité de l’Etat dans la Shoah. Vichysto-résistant A partir de 1993, 16 juillet: journée commémorative des persécutions racistes et antisémites commises sous l’autorité de fait dite « Gvt de l’Etat français (page 57)

 • Qui Jacques Chirac désigne t-il comme responsables de la déportation des juifs

• Qui Jacques Chirac désigne t-il comme responsables de la déportation des juifs de France? • Quel est l’espoir qu’il fait pour les générations futures?

I- Une mémoire patriotique de 1945 aux années 1970 A- Une priorité : l’unité

I- Une mémoire patriotique de 1945 aux années 1970 A- Une priorité : l’unité nationale B- L’affirmation du mythe résistancialiste C- « L’oubli » des autres mémoires II- Les mémoires et l’histoire à partir des années 1970 A- Un autre regard sur la France durant la guerre B- Le réveil de la mémoire juive C- Le rôle des procès des années 1980 -90 III- Des mémoires diversifiées à partir des années 1990 A- Le temps de la reconnaissance officielle B- L’éclatement des mémoires depuis les années 2000

Page 75

Page 75

2006 Faisant plus de 2 millions d’entrées et 5 acteurs remportent le Prix d’interprétation

2006 Faisant plus de 2 millions d’entrées et 5 acteurs remportent le Prix d’interprétation masculine au Festival de Cannes et des conséquences politiques directes http: //www. algeriepyrenees. com/ar ticle-3980541. html

Page 93 Belin Page 65 Les « Malgré-nous » sont officiellement reconnus comme «

Page 93 Belin Page 65 Les « Malgré-nous » sont officiellement reconnus comme « victimes du nazisme » le 8 mai 2010.

Certains groupes , notamment les Tziganes, sont relégués dans la mémoire nationale. Victimes d’un

Certains groupes , notamment les Tziganes, sont relégués dans la mémoire nationale. Victimes d’un génocide, ils n’ont toujours pas, en France, un mémorial, une journée de commémoration ou d’hommage officiel.

I- Une mémoire patriotique de 1945 aux années 1970 A- Une priorité : l’unité

I- Une mémoire patriotique de 1945 aux années 1970 A- Une priorité : l’unité nationale B- L’affirmation du mythe résistancialiste C- « L’oubli » des autres mémoires II- Les mémoires et l’histoire à partir des années 1970 A- Un autre regard sur la France durant la guerre B- Le réveil de la mémoire juive C- Le rôle des procès des années 1980 -90 III- Des mémoires diversifiées à partir des années 1990 A- Le temps de la reconnaissance officielle B- L’éclatement des mémoires depuis les années 2000 C- L’historien face aux enjeux mémoriels

§ Les usages politiques de la Résistance L’arrivée de N. Sarkozy à la présidence

§ Les usages politiques de la Résistance L’arrivée de N. Sarkozy à la présidence en 2007 redonne un statut héroïque à la Résistance… - Notamment décision de faire la lettre de Guy Môquet dans les lycées - Cette lecture est censé rappeler aux lycéens contemporains « l’engagement des jeunes gens et jeunes filles … qui firent le choix de la résistance, souvent au prix de leur vie » - Une initiative qui a fait débat au sein de la communauté des historiens et des enseignants http: //www. liberation. fr/tribune/2007/05/22/pou rquoi-je-ne-lirai-pas-la-lettre-de-guy-moquet-ames-eleves-a-la-rentree_93735 Page 61 - La communauté des historiens reproche au président de confondre mémoires (éminemment affective) et le travail de l’historien.

Page 61 - C’est le même message politique N. Sarkozy entend faire passé lors

Page 61 - C’est le même message politique N. Sarkozy entend faire passé lors de ses déplacements annuels au plateau des Glières. - Cette initiative masque la complexité des parcours résistants que les historiens essaient de montrer.

§ La loi, la mémoire et les historiens - Depuis début des années 1990,

§ La loi, la mémoire et les historiens - Depuis début des années 1990, le Parlement légifère en France sur la mémoire. - Des historiens parlent de « lois mémorielles » - Les mêmes réclament la non intervention du Parlement dans l’écriture de l’histoire au nom de la liberté de recherche. Page 75

CONCLUSION L’après guerre est marqué par une volonté d’unité nationale et une mise en

CONCLUSION L’après guerre est marqué par une volonté d’unité nationale et une mise en avant de la résistance vue comme uniforme. A partir des années 1970, le contexte évolue et entraine une « redécouverte » de la collaboration tandis que la mémoire de la Shoah émerge après une période de silence et prend une place centrale dans la politique mémorielle et que l’Etat reconnaît sa responsabilité. Après les années 1990, les mémoires sont éclatées : elles rendent davantage compte de la complexité de la période de l’occupation mais ne peuvent se substituer à l’analyse des historiens.