Quizz La dette publique en 10 questions ATTAC

  • Slides: 57
Download presentation
Quizz ? ? ? La dette publique en 10 questions ! ATTAC 92 Clamart

Quizz ? ? ? La dette publique en 10 questions ! ATTAC 92 Clamart

Introduction Un quizz organisé autour de 10 questions principales (posées unitairement ou par groupe

Introduction Un quizz organisé autour de 10 questions principales (posées unitairement ou par groupe de 2 questions) Pour comprendre la dette publique, son origine, les facteurs qui l’accroissent, qui la détient, ses conséquences concrètes… Quelques éléments sur la création monétaire Après chaque question ou groupe de questions, des explications argumentées et documentées sur la réponse donnée Pour certaines questions, plusieurs réponses peuvent être considérées comme exactes, mais parfois nous avons fait le choix de retenir et de nous concentrer sur la « bonne » réponse la plus importante Un récapitulatif des principaux facteurs de la dette Utilisation en réunion publique : Des moments d’interaction et de réponse aux questions complémentaires après chaque groupe de questions Des pauses vidéo pour synthétiser ou illustrer le propos (non incluses dans cette présentation)

Quizz ‐ mode d’emploi Levez le carton correspondant à la couleur de votre réponse

Quizz ‐ mode d’emploi Levez le carton correspondant à la couleur de votre réponse ! Réponse 1 Réponse 2 Réponse 3 Réponse 4 Utilisez la touche « page suivante » pour avoir la bonne réponse et les commentaires sur les diapositives d’explications

La dette publique française Dette publique = cumul des déficits budgétaires annuels Déficit (prévu

La dette publique française Dette publique = cumul des déficits budgétaires annuels Déficit (prévu à hauteur de 79 Md€ en 2012) = 2 éléments : – Solde primaire (différence dépenses / recettes) – Intérêts de la dette (près de 49 Md€ prévus au budget 2012 !!)

1 La dette publique provient : D’une explosion des dépenses publiques De recettes insuffisantes

1 La dette publique provient : D’une explosion des dépenses publiques De recettes insuffisantes Du train de vie de l’État Des chocs pétroliers

2 Depuis 20 ans, les taux d’imposition (aux particuliers et aux entreprises) : Ont

2 Depuis 20 ans, les taux d’imposition (aux particuliers et aux entreprises) : Ont augmenté Sont restés stables Ont diminué Ont tantôt augmenté tantôt diminué

% de PIB Une tendance nette à la baisse des recettes fiscales dans l’Union

% de PIB Une tendance nette à la baisse des recettes fiscales dans l’Union Européenne Source : INSEE

Baisse de l’impôt sur les sociétés Taux moyen d’imposition des sociétés (en %) (1993‐

Baisse de l’impôt sur les sociétés Taux moyen d’imposition des sociétés (en %) (1993‐ 2010) Baisse des recettes = manque à gagner dans le budget de l’Etat

Baisse de l’imposition des revenus les plus élevés % Source : J. ‐Marie Harribey

Baisse de l’imposition des revenus les plus élevés % Source : J. ‐Marie Harribey http: //harribey. u‐bordeaux 4. fr/travaux/monnaie/index‐monnaie. html Tableaux détaillés

La dette provient davantage d’un déficit de recettes que d’une « explosion » de

La dette provient davantage d’un déficit de recettes que d’une « explosion » de dépenses Les dépenses n’augmentent pas mais sont en baisse . Effet conjoncturel lié à la crise Recettes < Dépenses Source : INSEE - tableau recettes et dépenses de l’Etat et PIB. In M. Pucci et B. Tinel, Réductions d’impôts et dette publique : un lien à ne pas occulter http: //www. ofce. sciences-po. fr/pdf/documents/etudes 2010/19. pdf Les recettes baissent bien plus que les dépenses Toutes les dépenses

Le manque à gagner est chiffré officiellement ! Rapport sur la situation des finances

Le manque à gagner est chiffré officiellement ! Rapport sur la situation des finances publiques ‐ avril 2010 Paul Champsaur et Jean‐Philippe Cotis « En l’absence de baisses de prélèvements, la dette publique serait environ 20 points de PIB plus faible aujourd’hui » . Rapport Gilles Carrez, Commission des finances de l’AN ‐ juin 2010 « Entre 2000 et 2009, le budget général de l’État aurait perdu entre 101, 2 (5, 3 % de PIB) et 119, 3 milliards d’euros (6, 2 % de PIB) de recettes fiscales, les deux tiers étant dus aux baisses d’impôts » . Rapport de la Cour des comptes sur la situation et les perspectives des finances publiques ‐ juin 2011 « La crise explique au plus 38 % du déficit, qui est surtout de nature structurelle et résulte largement de mesures discrétionnaires » . Source : J. ‐Marie Harribey ‐ http: //harribey. u‐bordeaux 4. fr/travaux/monnaie/index‐monnaie. html Citations détaillées

Comparaison du déficit avec et sans ce manque à gagner fiscal Sur la base

Comparaison du déficit avec et sans ce manque à gagner fiscal Sur la base des données du rapport parlementaire Carrez Le déficit budgétaire actuel (en % du PIB) Le déficit budgétaire sans les « cadeaux fiscaux » (en % du PIB) § Un déficit budgétaire plus faible § Et même un excédent en 2006, 2007 et 2008 § Un déficit de « seulement » 3, 3 % du PIB au lieu de 7, 5 en 2009, au moment de la crise

Vidéo ! La dette, c’est chouette ! A télécharger sur le site www. audit-citoyen.

Vidéo ! La dette, c’est chouette ! A télécharger sur le site www. audit-citoyen. org http: //www. audit-citoyen. org/? cat=13 Durée : 3 mn 38 s

L’État français peut emprunter de l’argent : Auprès de la banque centrale européenne À

L’État français peut emprunter de l’argent : Auprès de la banque centrale européenne À qui il veut A la cour des comptes Seulement aux marchés financiers 3

Cette interdiction pour l’État Français d’emprunter auprès de la BCE : 4 Est inscrite

Cette interdiction pour l’État Français d’emprunter auprès de la BCE : 4 Est inscrite dans le traité de Maastricht Est entrée en vigueur au passage à l’Euro N’est inscrite nulle part Est inscrite dans le traité de Lisbonne

Quand l’État veut emprunter de l'argent, il émet des titres qui sont placés sur

Quand l’État veut emprunter de l'argent, il émet des titres qui sont placés sur les marchés par certaines banques*. Ces titres peuvent ensuite circuler entre agents non bancaires (assurances, fonds de pension, …), attirés par la sécurité des obligations publiques *Les banques agrées SVT : Spécialistes en Valeur du trésor

Auparavant, l'État pouvait aussi emprunter auprès de la Banque de France et lui verser

Auparavant, l'État pouvait aussi emprunter auprès de la Banque de France et lui verser des intérêts. Comme la Banque de France, depuis 1945, appartient à l’État les intérêts versés restaient dans le secteur public.

5 Les banques commerciales privées européennes se financent : Auprès de la BCE À

5 Les banques commerciales privées européennes se financent : Auprès de la BCE À la Banque de France sans intérêt Auprès d’autres banques commerciales Auprès de la FED

Qui peut emprunter à qui ? Banques commerciales % à 1 Banque Centrale Européenne

Qui peut emprunter à qui ? Banques commerciales % à 1 Banque Centrale Européenne Avec intérêts selon solvabilité du pays Les Etats de l’UE

Qui crée l’argent dont nous servons tous les jours : L’État La Banque de

Qui crée l’argent dont nous servons tous les jours : L’État La Banque de France Les banques commerciales privées Les fonds de pension 6

Monnaie fiduciaire et monnaie scripturale La monnaie fiduciaire : les pièces et les billets

Monnaie fiduciaire et monnaie scripturale La monnaie fiduciaire : les pièces et les billets Du latin fides : la confiance La monnaie scripturale Monnaie dématérialisée n’existant que sous forme d’écritures comptables

La création monétaire actuellement Banques centrales : moins de 10 % Sous forme de

La création monétaire actuellement Banques centrales : moins de 10 % Sous forme de monnaie fiduciaire Banques commerciales : plus de 90 % € Sous forme de monnaie scripturale

Création de monnaie par la banque centrale § Les banques créent 90 % de

Création de monnaie par la banque centrale § Les banques créent 90 % de la monnaie (sous forme scripturale) § Il s’agit de création monétaire par le crédit § Le pouvoir de création monétaire échappe aux Etats Création de monnaie par les banques privées

Quand une banque prête de l’argent, elle n’a pas besoin de disposer de 100

Quand une banque prête de l’argent, elle n’a pas besoin de disposer de 100 % des fonds prêtés, mais de ~15 % seulement de monnaie centrale. En revanche, elle encaisse les intérêts sur la totalité de la somme avancée…

 Pour un prêt de 10 000 € : environ 1 500 € de

Pour un prêt de 10 000 € : environ 1 500 € de monnaie de banque centrale. Pour l’achat d’un immeuble de 10 millions, un couverture de 1, 5 million suffit.

Vidéo ! Comprendre la dette (extrait) Source : http: //www. youtube. com/watch? v=ZE 8

Vidéo ! Comprendre la dette (extrait) Source : http: //www. youtube. com/watch? v=ZE 8 x. Bzc. LYRs Chap 1 + Chap 2 du début jusqu’à 5’ 35’’ Durée : 5 mn 35 s

Actuellement, les deux premiers budgets de l’État sont : La défense Le paiement des

Actuellement, les deux premiers budgets de l’État sont : La défense Le paiement des intérêts de la dette L’éducation La justice 7

8 Le domaine de dépenses progressant plus vite que tous les autres est :

8 Le domaine de dépenses progressant plus vite que tous les autres est : L’éducation La santé et la solidarité La culture Le paiement des intérêts de la dette

Les deux premiers postes de dépenses de l’État en 2011 60 milliards Dont intérêts

Les deux premiers postes de dépenses de l’État en 2011 60 milliards Dont intérêts de la dette : 45 milliards http: //www. performance-publique. budget. gouv. fr - Chiffres LFI 2011 Macrotypes de dépenses

Des budgets qui n’évoluent pas à la même vitesse Budget de l’Education Nationale 2009

Des budgets qui n’évoluent pas à la même vitesse Budget de l’Education Nationale 2009 , 9 % % 0 6 + % , 1 6 + 2012 2010 +1, 2011 59, 9 Md€ 60, 8 Md€ * 61 Md€ 60, 5 Md€ Charge de la dette (2012 : prévision) % 2011 Sources (y compris *) : http: //www. education. gouv. fr/cid 29/l e-budget-du-ministere. html http: //www. senat. fr/rap/l 11 -107312/l 11 -107 -3120. html 2009 38, 5 Md€ +1 % 2010 4 , 0 42, 5 Md€ , 8 +6 45, 4 Md€ % 5 , 2012 +7 48, 8 Md€

% du total des dépenses de l’Etat Une part grandissante, envahissante, du paiement des

% du total des dépenses de l’Etat Une part grandissante, envahissante, du paiement des intérêts dans le budget de l’Etat Source : M. Pucci et B. Tinel, Réductions d’impôts et dette publique : un lien à ne pas occulter http: //www. ofce. sciences-po. fr/pdf/documents/etudes 2010/19. pdf Chaque jour, c’est 130 millions d’euros que nous devons emprunter rien que pour “payer” les intérêts de la dette

Le poids des intérêts de la dette dans les dépenses de l’Etat Avec les

Le poids des intérêts de la dette dans les dépenses de l’Etat Avec les intérêts Les dépenses hors paiement des intérêts Source : INSEE - tableau recettes et dépenses de l’Etat et PIB. In M. Pucci et B. Tinel, Réductions d’impôts et dette publique : un lien à ne pas occulter http: //www. ofce. sciences-po. fr/pdf/documents/etudes 2010/19. pdf

Le poids des intérêts de la dette dans les dépenses de l’Etat Fin 2010,

Le poids des intérêts de la dette dans les dépenses de l’Etat Fin 2010, dette = 1 600 Md€ Cumul des intérêts versés depuis 30 ans : + de 1 000 Md€ Toutes les dépenses L’effet boule de neige

Dette publique et cumul des intérêts versés depuis 1959 A prix courants (Md €)

Dette publique et cumul des intérêts versés depuis 1959 A prix courants (Md €) Données sur la dette non disponibles

L’évolution du montant de la dette depuis 1978 En % de PIB Source :

L’évolution du montant de la dette depuis 1978 En % de PIB Source : L’Express, n° 3142, semaine du 21 au 27 septembre 2011

Les détenteurs de la dette sont : Les banques On ne sait pas Les

Les détenteurs de la dette sont : Les banques On ne sait pas Les émirs du pétrole Les assurances 9

Les détenteurs des titres de la dette de la France Les assurances et fonds

Les détenteurs des titres de la dette de la France Les assurances et fonds de pension pour près de 50 % Les banques ~ 30 % Mais on ne connait pas le détail car au total : 66 % sont détenus par des non-résidents contre 60 % fin 2007 Dont la moitié dans la zone Euro http: //www. bastamag. net/article 2041. html http: //www. aft. gouv. fr/rubriques/qui-detient-la-dette-de-l-etat-_163. html

10 Les politiques d’austérité : Vont favoriser la diminution de la dette Vont favoriser

10 Les politiques d’austérité : Vont favoriser la diminution de la dette Vont favoriser la relance Ne changeront rien Vont empêcher la relance

La spirale des programmes d’austérité Diminution du pouvoir d’achat Accentuation de l’austérité Diminution de

La spirale des programmes d’austérité Diminution du pouvoir d’achat Accentuation de l’austérité Diminution de l’activité Augmentation de la dette Compression des salaires Accroissement des déficits Diminution des recettes fiscales Augmentation du chômage

Vidéo ! Témoignage Document audio Source : extrait issu de La Dette ou la

Vidéo ! Témoignage Document audio Source : extrait issu de La Dette ou la vie (2) – Emission Là-bas si j’y suis Témoignage du journaliste grec G. Mitralias De 39’ 01’’ à 41’ 14’’ Durée : 2 mn 13 s Extraits du documentaire Debtocracy A télécharger sur le site www. audit-citoyen. org http: //www. audit-citoyen. org/? cat=13&paged=3 Extraits : 24’ 44’’ à 24’ 15’’ + 25’ 53’’ à 26’ 38’’ + 27’’ à 32’ 01’’ Durée : 5 mn 45 s

Les conséquences des programmes d’austérité en Grèce Forte réduction du pouvoir d’achat – Réductions

Les conséquences des programmes d’austérité en Grèce Forte réduction du pouvoir d’achat – Réductions des salaires et des retraites – Baisse du salaire minimum à 600 euros – Gros retards de paiement des salaires des employés de l’Etat – Hausse des prix dramatique (fioul domestique, essence, électricité, chauffage, gaz, transports) – Mise en place de nouvelles charges, de nouvelles taxes Augmentation massive du chômage – Cumul de petits boulots pour survivre – Tension sociale forte Réduction de la couverture sociale – Réductions des salaires et des retraites – Problèmes de disponibilité des médicaments dans les hôpitaux – Problèmes d’accès aux soins Economie totalement arrêtée – Beaucoup d’usines à l’arrêt – 1/3 des 165 000 entreprises com‐ merciales ont fermé leurs portes – 1/3 n’est plus en mesure de payer les salaires – La consommation a plongé de manière catastrophique – Beaucoup de petits commerçants mettent la clé sous la porte – Fuite importante des capitaux

 Les conséquences des programmes d’austérité

Les conséquences des programmes d’austérité

Un système insoutenable Un déficit de recettes plutôt qu’une explosion des dépenses L’obligation pour

Un système insoutenable Un déficit de recettes plutôt qu’une explosion des dépenses L’obligation pour les Etats de l’UE de se financer auprès des marchés financiers Le poids considérable du paiement des intérêts de la dette, qui ne peut pas diminuer La création monétaire, contrôlée par les banques, échappe aux Etats

A qui profite la dette ?

A qui profite la dette ?

Vidéo ! D’où vient la dette publique Pierre KALFA A télécharger sur le site

Vidéo ! D’où vient la dette publique Pierre KALFA A télécharger sur le site www. audit-citoyen. org Source : http: //www. audit-citoyen. org/? cat=13&paged=2 Durée : 2 mn 19 s

Pour un audit citoyen de la dette publique http: //www. audit-citoyen. org/

Pour un audit citoyen de la dette publique http: //www. audit-citoyen. org/

Pour toute information ou obtenir les documents complémentaires (fichiers sources, montages vidéo…) Contact :

Pour toute information ou obtenir les documents complémentaires (fichiers sources, montages vidéo…) Contact : ATTAC 92 Clamart attac 92 [email protected] fr http: //attac 92 clamart. free. fr/

Back up

Back up

Taux d’imposition sur les sociétés Diaporama JMH Pays 1986 2006 France 45 % 33,

Taux d’imposition sur les sociétés Diaporama JMH Pays 1986 2006 France 45 % 33, 3 % Allemagne 56 % 26, 37 % Belgique 45 % 39, 99 % Irlande 50 % 12, 5 % Italie 36 % 33 % Pays‐Bas 42 % de 25, 5 à 29, 6 % Royaume‐Uni 35 % de 0 à 30 % Suède 52 % 28 % Pays 1986 2002 2007 France 65 % 50 , 1 % 40 % Allemagne 53 % 48, 5 % 47, 5 % Belgique 72 % 55 % 50 % Espagne 66 % 48 % 43 % Italie 62 % 45, 5 % 43 % Pays‐Bas 72 % 52 % Royaume‐Uni 60 % 40 % Taux d’imposition marginal sur les revenus Diaporama JMH

Dépenses et recettes des APU depuis 20 ans Depuis 1993 et jusqu’à la crise

Dépenses et recettes des APU depuis 20 ans Depuis 1993 et jusqu’à la crise de 2008, les dépenses étaient stables voire baissaient Tendance régulière à la baisse des recettes Administrations publiques (APU) : - Etat - Collectivités territoriales - Organismes sociaux Source : INSEE comptes nationaux base 2005

Budget des APU Augmentation régulière des dépenses et des recettes Un « décrochage »

Budget des APU Augmentation régulière des dépenses et des recettes Un « décrochage » des recettes et des dépenses à la fin des années 70 Source : INSEE comptes nationaux base 2005

Le manque à gagner est chiffré officiellement ! Rapport sur la situation des finances

Le manque à gagner est chiffré officiellement ! Rapport sur la situation des finances publiques ‐ avril 2010 Paul Champsaur et Jean‐Philippe Cotis « En l’absence de baisses de prélèvements, la dette publique serait environ 20 points de PIB plus faible aujourd’hui qu’elle ne l’est en réalité, générant ainsi une économie annuelle de charges d’intérêts de 0, 5 point de PIB. » En 10 ans, 400 milliards de recettes fiscales perdues Rapport Gilles Carrez, Commission des finances de l’AN ‐ juin 2010 « Entre 2000 et 2009, le budget général de l’État aurait perdu entre 101, 2 (5, 3 % de PIB) et 119, 3 milliards d’euros (6, 2 % de PIB) de recettes fiscales, environ les deux tiers étant dus au coût net des mesures nouvelles – les baisses d’impôts – et le tiers restant à des transferts de recettes aux autres administrations publiques – sécurité sociale et collectivités locales principalement. » . Rapport de la Cour des comptes sur la situation et les perspectives des finances publiques ‐ juin 2011 « La crise explique au plus 38 % du déficit, qui est surtout de nature structurelle et résulte largement de mesures discrétionnaires. » . Source : J. ‐Marie Harribey ‐ http: //harribey. u‐bordeaux 4. fr/travaux/monnaie/index‐monnaie. html

Source : INSEE comptes nationaux base 2005

Source : INSEE comptes nationaux base 2005

Source : INSEE comptes nationaux base 2005

Source : INSEE comptes nationaux base 2005

Sources : ‐ Dette indigne ! Gérard Filoche et J. ‐Jacques Chavigné 2011, J.

Sources : ‐ Dette indigne ! Gérard Filoche et J. ‐Jacques Chavigné 2011, J. ‐Claude Gawsewitch Ed. ‐ Le piège de la dette publique – Comment s’en sortir. ATTAC, 2011, Ed Les liens qui libèrent Lorsque le taux d’intérêt réel (hors inflation) servi aux créanciers de l’Etat est supérieur au taux de croissance du PIB, le nouvel emprunt, rendu nécessaire pour payer les intérêts annuels de la dette, alourdit celle-ci plus vite que n’augmente le PIB. C’est pourquoi le poids de la dette par rapport au PIB augmente alors, même si le solde primaire (rapport recette / déficit hors intérêts de la dette) est équilibré. C’est ce qu’il est convenu d’appeler l’effet « boule de neige » de la dette. Il a pu être calculé que sans cet effet « boule de neige » , même avec les intérêts, le stock de la dette publique aurait été en 2008 de 43, 8 % du PIB au lieu de 67, 4 %.