ne pas cliquer Charlie Pappy Boyington les ttes

  • Slides: 13
Download presentation
ne pas cliquer Charlie Pappy Boyington & les têtes brûlées

ne pas cliquer Charlie Pappy Boyington & les têtes brûlées

 la série télévisée Les têtes brûlées Robert Conrad (l’acteur) (documents du Net) Sur

la série télévisée Les têtes brûlées Robert Conrad (l’acteur) (documents du Net) Sur le tournage de la série, le vrai "Pappy" Boyington contrôlait en personne la véracité des scènes.

En décembre 1943, le commandant des Marines, Gregory "Pappy" Boyington était à la tête

En décembre 1943, le commandant des Marines, Gregory "Pappy" Boyington était à la tête d'une escadrille de pilotes de chasse basée à Vella Lavella. Celle-ci était composée de marginaux et d'aventuriers qui devinrent les terreurs du Pacifique… On les appelait les « têtes brûlées » !

Décoré à titre posthume (on ne savait pas qu’il était prisonnier des japonais) Le

Décoré à titre posthume (on ne savait pas qu’il était prisonnier des japonais) Le véritable Greg Boyington avec son escadrille ‘VMF 214’.

Le Vought F 4 U ‘Corsair’ Créé spécialement pour l'aviation embarquée, l’avion "Corsair" révéla

Le Vought F 4 U ‘Corsair’ Créé spécialement pour l'aviation embarquée, l’avion "Corsair" révéla vite une inadaptation à l'appontage et fut rapidement relégué sur des bases terrestres des Marines.

Moteur : Pratt&Whitney R-2800 -8 Double Wasp Type: moteur en étoile Puissance: 2 000

Moteur : Pratt&Whitney R-2800 -8 Double Wasp Type: moteur en étoile Puissance: 2 000 ch (1 471 k. W) Vitesse maximale : 671 km/h Envergure: 12, 49 m Longueur: 10, 16 m Hauteur : 4, 60 m Surface alaire: 29, 17 m 2 Armement : 6 mitrailleuses de 12, 7 mm Le célèbre ‘Corsair’ aux ‘ailes de mouettes’ inversées.

Ses ailes en W aplati plaçaient les roues très bas, mais celles-ci rebondissaient sur

Ses ailes en W aplati plaçaient les roues très bas, mais celles-ci rebondissaient sur les porte-avions. . . Appontages trop dangereux !

D'origine sioux, Gregory Boyington (1912 -1988), surnommé ‘Pappy’ (=10 ans de plus que ses

D'origine sioux, Gregory Boyington (1912 -1988), surnommé ‘Pappy’ (=10 ans de plus que ses pilotes), est nommé, l’été 1943, à la tête de l'escadrille ‘VMF 214’ pour former des pilotes. Homme rude, buveur, dragueur et bagarreur, il recruta son équipe suivant ses convictions. Baptisée "Swashbucklers" (=les fanfarons) durant les premières opérations de la ‘VMF 214’ dans les îles Salomon, son escadrille fut rebaptisée "The Black Sheep Squadron" (=les moutons noirs) : de fortes têtes en vérité !. . .

 Anecdote Très fatigué, au début janvier 1944, il n’en poursuivait pas moins ses

Anecdote Très fatigué, au début janvier 1944, il n’en poursuivait pas moins ses missions. Pour ne pas s’assoupir en vol, Boyington s’introduisait sous les paupières de fines particules de tabac, qui, en irritant ses yeux, les gardaient ouverts. Lors d’une importante mission sur Rabaul, Boyington, au cours du combat aérien abattit un "ZERO" japonais, mais ses ailiers le perdirent de vue. Il plongea protéger un équipier lorsqu’il fut assailli par d’autres "ZERO".

Le "ZERO" Mitsubishi A 6 M (japonais) Avion moins rapide et moins puissant que

Le "ZERO" Mitsubishi A 6 M (japonais) Avion moins rapide et moins puissant que le ‘Corsair’. . . Armement : 2 canons de 20 mm et 2 mitrailleuses de 7, 7 mm Le Mitsubishi A 6 M fut mis en service 1940, c'est-à-dire l'année 2600 du calendrier impérial japonais. Les appareils de cette année furent appelés "Type 00" donc tout simplement "ZERO"

 Quittant les lieux, le Corsair de Boyington fut atteint au réservoir et prit

Quittant les lieux, le Corsair de Boyington fut atteint au réservoir et prit feu, mais l’as américain eut le temps de sauter en parachute. La meute de Japonais passa le quart d’heure suivant à mitrailler Boyington maintenu à la surface par son gilet de sauvetage. Blessé, il attendit deux heures avant de gonfler son canot de sauvetage. Peu avant la tombée de la nuit, un sous-marin japonais fit surface, le captura mais ne signala jamais ce prisonnier. Déclaré "décédé-disparu", il fut décoré de la glorieuse "Médaille d’Honneur" à titre posthume (vingt- huit victoires !) qu’il reçut, plus tard en personne, libéré par les Japonais 20 mois plus tard !