LImmersion dans le SRSB Lhistoire des comts Antigonish

  • Slides: 16
Download presentation
L’Immersion dans le SRSB L’histoire des comtés Antigonish, Inverness et Richmond Lynnette Babin et

L’Immersion dans le SRSB L’histoire des comtés Antigonish, Inverness et Richmond Lynnette Babin et Chris Ivany

Notre Région

Notre Région

Pourquoi L’immersion • « …les parents acadiens voyaient ce type de programme aider à

Pourquoi L’immersion • « …les parents acadiens voyaient ce type de programme aider à maintenir leur langue et culture, tendit que les anglophones envisageaient l’avantage d’obtenir une deuxième langue. » Gérald Félix

Le pourcentage des élèves en immersion NB Il n’y a pas de programme d’immersion

Le pourcentage des élèves en immersion NB Il n’y a pas de programme d’immersion dans le comté de Guysborough

Le début – Le comté de Richmond • La première école fut l’école Petit

Le début – Le comté de Richmond • La première école fut l’école Petit de Grat en 1979, le deuxième conseil scolaire dans la province à offrir un tel programme. • Le programme d’immersion qui avait débuté à l’école Petit de Grat fut redéfini comme Programme d’école Acadienne en 1986. La loi 65 de la province accordait le statut à une telle école le demandant. Les parents des élèves à ce temps ont fait la demande.

Le début – le Comté d’Antigonish • Le premier programme a été établi à

Le début – le Comté d’Antigonish • Le premier programme a été établi à l’École de Pomquet en 1982, à cause de la pression des parents. C’était un moyen de renaître la langue dans la communauté. • La première classe à Dr. Hugh Mac. Pherson Elementary a Antigonish a commencé en 1987. • Quand le statut acadien a été accordé à l’École de Pomquet, les programmes déjà établis a Antigonish étaient encore populaires.

Le début – Le Comté d’Inverness • La première classe a commencé en 1981,

Le début – Le Comté d’Inverness • La première classe a commencé en 1981, dans une petite école à East Margaree. Mme Nancy Aucoin était la première enseignante. Sa première classe avait 14 élèves. Nancy est restée à cette école pendant six ans. La septième année elle a déménagé à l’école North East Margaree. Les élèves qui ont été avec Nancy, sont allés à Margaree Forks District High en septième année. • L’École Cape Breton Highlands est maintenant le site d’immersion pour la région. L’école est ouvert depuis 2000. • L’année passé à Margaree, le programme d’immersion a célébré 25 ans.

 Aujourd’hui • Suivant le fusionnement des conseils scolaires (Richmond, Inverness, Antigonish et Guysbourough)

Aujourd’hui • Suivant le fusionnement des conseils scolaires (Richmond, Inverness, Antigonish et Guysbourough) en 1996 autres programmes d’immersion précoce fut établis à Port Hawkesbury, Antigonish, Margaree et Louisdale.

Les parents • « Ce qui était le plus encourageant fut l’appui des parents.

Les parents • « Ce qui était le plus encourageant fut l’appui des parents. C’était vraiment une communauté d’apprentissage. Nous apprenions ensemble, nous décidions ensemble et nous communiquions continuellement. » Gerald Félix • Les parents avaient besoin de conduire leurs enfants a l’école. Parfois les distances étaient grands. • Dans certaines endroits, à cause des nombres, il y avait des menaces au programme.

Le point de vue d’un parent Les craintes • De ne pas pouvoir être

Le point de vue d’un parent Les craintes • De ne pas pouvoir être capable d’aider les enfants avec les devoirs. • Que leurs enfants seront pas compétent en anglais • Que leurs enfants ne seront pas capable d’apprendre la langue au même temps que les autres résultats d’apprentissage. • Les parents s’inquiétaient que le bilinguisme n’était pas certaine après avoir suivi le programme en complète. Pourquoi l’immersion • “I think the parents in our community felt strongly about their culture and felt this was a means of keeping it alive. ” Anne Peters • Il y aura plus d’opportunité d’emplois. • L’apprentissage d’un nouvelle langue donne l’occasion d’en apprendre plus.

Les enseignant(e)s • Il y a toujours une manque de ressources. Au commencement du

Les enseignant(e)s • Il y a toujours une manque de ressources. Au commencement du programme c’était pire que maintenant. Nancy Au. Coin m’a expliqué qu’au commencement le conseil scolaire y a donné une guide de la province d’Ontario pour la maternelle, et la permission de commander un peu de ressources. Elle a du utiliser divers façons d’enseigné. Par exemple, elle m’a dit qu’elle a utilisé des chansons pour enseigner la grammaire, et les membres de la communauté pour rendre l’apprentissage plus intéressante. • « La première journée, un petit garçon est allée à la maison, et sa maman lui a demandé, « Est-ce que tu aimes l’école et ton professeur? » Il a répondu, « Oui, je ne comprends rien de tout, mais j’aime mon professeur quand même! » » Madame Docile Fraser, enseignante d’immersion depuis 1985 • Avec l’introduction du programme dans une école, il y avait parfois une enseignant(e) qui devrait changer de position. Ce-ci a causé des mauvaises sentiments dans quelques instances.

L’appui du Conseil Scolaire • « Notre conseil a adopté une politique pour l’inscription

L’appui du Conseil Scolaire • « Notre conseil a adopté une politique pour l’inscription qui inclut une session d’Info dans chaque école au début de janvier. Aussi on garantit seulement une classe de 25 élèves dans chaque école. » Madame Susan Mac. Donald

Le présent en face du future « Nous avons établi le programme M-12 dans

Le présent en face du future « Nous avons établi le programme M-12 dans 4 régions : Antigonish, Port Hawkesbury, Belle Côte, et Richmond. Notre inscription continue à être stable. Pour nous le grand défi est de bien servir les élèves en difficulté en immersion en offrant les appuis dans les 2 langues. » Madame Susan Mac. Donald “The children who have gone through the program and graduated are proof of the rewarding aspects of acquiring our two official languages. The culture is strong in our community and is growing stronger all across Canada. ” Anne Peters, CPF Past President and immersion parent for 25+ years Le Conseil du Strait est dévoué au Français comme langue seconde.

 • Les programmes d’immersion sont forts aux provinces Maritimes, et nous sommes prêts

• Les programmes d’immersion sont forts aux provinces Maritimes, et nous sommes prêts pour les défis du future. Les programmes d’immersion sont une autre raison pour laquelle la vie est bonne au Cap Breton!

Les faits intéressantes • • On pense qu’il y a une manque de ressources

Les faits intéressantes • • On pense qu’il y a une manque de ressources maintenant. Imaginez-vous la première année sans les ressources qui sont disponibles maintenant. Yikes Selon les résultats des évaluations de ELA en sixième année à CBHA, les élèves en immersion font mieux que les élèves dans le programme régulier. Voici les résultats de 2004/2005 et 2006/2007 qui compare les élèves en immersion et les élèves pas en immersion. L’année Les élèves en immersion Les élèves pas en immersion 2004/2005 76. 6% 65. 4% 2006/2007 68. 0% 67. 0%

Remerciements • Madame Susan J. Mac. Donald, Conseillère des Programmes en Français, Strait Regional

Remerciements • Madame Susan J. Mac. Donald, Conseillère des Programmes en Français, Strait Regional School Board • Monsieur Gérald Félix, Ministère de l'Éducation de la Nouvelle-Écosse • Mrs. Anne Peters, Canadian Parents for French • Madame Docile Fraser, Enseignante en retraite, SRSB • • L’entrevue avec Gérald Felix L’entrevue avec Anne Peters L’entrevue avec Susan Mac. Donald L’entrevue avec Nancy Au. Coin